Visites de brasseries

Le Bassin d’Arcachon a sa bière… et pas des moindres !

J’avais super hâte de vous présenter La Burdigala, car elle fait partie de ces bières qui m’ont initiée à des nouveaux styles, des nouvelles saveurs, et plus largement qui m’ont donné envie de me passionner pour ce breuvage.

Mercredi 29 mars, 13h30, La Teste-de-Buch, 26°C au soleil, le ventre vide ; toutes les conditions étaient parfaites pour venir déguster les nouvelles bières de Grégoire. Nouvelles car je connaissais déjà quatre bières de sa gamme, ayant également travaillé avec lui auparavant. Je me souviens bien à quel point il était facile et agréable de vendre ses bières au bar ; je me rappelle des clients un peu interloqués par la forme de la bouteille, « c’est une bière celle-ci ?« , curieux de la découvrir. Je la proposais souvent aux amateurs de bonnes bières en étant sûre qu’ils l’adoreraient, et je la faisais découvrir en expliquant au mieux le style de chacune à ceux qui découvraient les bières artisanales.

Lorsque je suis arrivée à la brasserie, j’ai repensé à ce que m’avait dit Grégoire lorsque je l’avais croisé à Bordeaux une semaine auparavant : « je te préviens, c’est TRES artisanal notre brasserie…« . J’ai donc été accueillie par Grégoire et Julien, tous les deux brasseurs de la Burdigala (Julien, le « malade de la levure » qui a rejoint Grégoire en octobre dernier), qui étaient en train de « bidouiller » et de faire le ménage (« mon métier c’est femme de ménage en fait« ).

On a fait le tour de la brasserie, en commençant par les nombreux fûts plastique où sont conservés les malts (pour éviter l’intrusion de tout rongeur qui se cacherait par là). Et là je me suis rappelé la scène d’Amélie Poulain où elle fait l’éventail des petits plaisirs de la vie : « Plonger la main au plus profond d’un sac de grains« . On y a plongé les mains et la tête pour s’imprégner de ces intenses arômes de céréales aux notes de pain grillé ou de carameljouissif. Grégoire a pris le temps de m’expliquer la spécificité de chaque malt, pourquoi il l’utilisait et pour quelles bières ; orge, avoine, seigle, blé…

 

Visite des chambres chaudes « faites-maison », Mathusalem et Nabuchodonosor, où sont entreposés d’une part les fûts et d’autre part les bouteilles pour la refermentation.
« Tu veux voir avec quoi on brassait les premières bières qu’on vous livrait au bar [il y a un an] » ? Des cuves d’1hL, j’avais du mal à croire qu’on puisse faire d’aussi bonnes bières avec si « peu » de matériel ! Je me rends compte qu’un brasseur c’est aussi un cuisinier, un chimiste, et un mécanicien – l’encapsuleur est branché à une batterie de voiture, le moulin à grains a une collerette pour chien en guise d’entonnoir… C’était génial de voir leur ingéniosité pour se faciliter la tâche !  C’est pas beau, l’artisanal ?

 

Bon, rentrons dans le vif du sujet, les bières. On s’est installé au soleil, sur le derrière de Brutus – le grand et beau chariot élévateur – pour déguster.

Ayant déjà goûté quatre de ses bières, je vous les présente brièvement dans un premier temps :

  • Blanche aux fleurs de sureau (j’en avais parlé dans mon article précédant traitant des bières blanches).  Le mieux reste de lire la belle description du site : « Légère et très rafraichissante, cette bière de froment à la mousse onctueuse est un véritable concentré d’été en bouteille. Les écorces d’oranges amères lui apportent au niveau du goût des notes orangées tandis que l’ajout de fleurs de sureau vient lui donner son bouquet incroyable avec des parfums de litchi et de pêche. »
  • French ale : Julien et Grégoire ont retravaillé la recette et j’ai pu la déguster à nouveau. « French », car les houblons proviennent d’Alsace. L’aromatique est incroyable, presque exubérante, grâce au houblonnage à cru. La finale est longue – loooongue -, sur le fruit exotique et les agrumes.
  • Triple : enfin une Triple complexe, subtile, aux notes de malt, à la texture soyeuse. On oublie bien vite qu’elle contient tout de même 8° d’alcool – digne des Belges qu’on aime tant.
  • IPA : avec 4 variétés différentes de malt, vous imaginez aisément le caractère de cette bière. Grande fan des bières houblonnées – correctement -, je suis comblée par cette amertume bien présente et ses saveurs complexes.

 

Ma dégustation de la journée s’est donc portée sur 2 bières que je ne connaissais pas, une Hefeweizen et la Saison du bassin.

IMG_7794

L’Hefeweizen n’est pas un style que j’apprécie toujours – pas ou peu d’amertume, nez de levures – mais il permet de se rendre compte du génie du brasseur (s’il y a) lorsqu’on la déguste. Comme me l’a expliqué Grégoire, c’est une bière blanche (de blé donc), sans quelconque ajout, où ils ont travaillé essentiellement sur la levure, cette même levure qui donne à la bière l’arôme typique de banane. En bouche, elle est extrêmement onctueuse et ronde, sans amertume, aux saveurs de fruit à noyaux – j’ai eu de l’abricot notamment. C’est une bière blanche franche, où tout est exposé – pas de houblon pour masquer d’éventuels défauts, on est là sur une bière délicieusement désaltérante, idéalement à déguster comme nous l’avons fait, au soleil (sur la croupe d’une charmante machine, c’est encore mieux).

IMG_7800

J’en attendais beaucoup de la Saison du Bassin, car ce style ne m’est pas inconnu mais demeure assez mystérieux pour moi. Comme me l’a rappelé Julien, les bières dites de Saison n’ont déjà rien à voir avec le printemps ou l’hiver, mais se réfèrent à la levure. On est généralement sur des bières sèches, bien nettes, qui ont souvent été qualifiées de « rustiques ».

Or, chez Burdigala, on découvre la noblesse de ce style. Chacun ses passions mais lorsque je déguste une bière pour la première fois et qu’elle révèle des saveurs qui m’étaient jusque-là inconnues, j’en reste un peu bouche bée (les brasseurs l’ont bien vu d’ailleurs, je me suis contentée d’un « waouh, ah ouais, quand même » – commentaires ultra constructifs). La Saison du Bassin a été brassée en partie avec du seigle, qui donne à la bière des arômes intenses d’épices et de poivre (j’étais pour ma part sur le poivre blanc, pas gris ou noir). En bouche, l’attaque est sèche, et le développement des saveurs est long et complexe – on retrouve immédiatement les saveurs d’épices, puis arrive la pêche de vigne croquante -, le tout est équilibré, net, la trame est bien définie, puis en finale on retrouve ce poivre (blanc), qui reste longtemps en bouche. A l’image de l’attaque, la finale est sèche, propre, sans sucres résiduels, on est tout à fait apte à reprendre une gorgée (ou à finir la bouteille) !
La plus belle surprise de la part de cette brasserie, pour ma part.

Le récap’

  • La Burdigala est une bière bio certifiée, brassée à la Teste-de-Buch, non loin de la plage
  • Son IPA a reçu la médaille de bronze (rien que ça) au concours international des World Beer Idol (seulement 2 brasseries françaises ont reçu une médaille, plus de précisions ici)
  • Accessoirement, il est également détenteur du 2ème prix (médaille d’argent) de la plus belle bouteille au monde, décerné lors du concours mondial des Pentawards en 2016 (article du Sud-ouest ici)
  • Et si vous n’êtes toujours pas convaincus, sachez également que Grégoire a remporté le mardi 21 Mars 2017 (il y a 9 jours donc) le concours Talents Gourmands organisé par le Chef aux 3 étoiles Michelin Michel Guérard.
  • Des bières de dégustation, qu’on peut aisément associer à des mets (on la retrouve d’ailleurs dans de grands restaurants de Bordeaux ou Saint-Emilion, just sayin…)

En somme, il vous désormais indispensable de rendre visite à Grégoire et Julien lors de vos prochaines vacances sur le Bassin d’Arcachon.

Les infos pratiques

Brasserie Burdigala
992 avenue Gustave Eiffel, 33260 La Teste-de-Buch
Vente directe à la brasserie les lundi, mardi, mercredi et vendredi de 8h à 17h
Site internet et boutique en ligne
contact@brasserieburdigala.com

Pour savoir où la trouver, cliquez ici

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s