Visites de brasseries

Les explorateurs d’Azimut Brasserie

azimut (masculin) :

  1. (Marine) Angle du plan horizontal, mesuré de 0 à 360° entre le nord et la direction considérée.

 

La marine, le voyage, la découverte, l’exploration, voilà ce qui a guidé les deux brasseurs Paul et Vincent ! Paul a monté il y a quelques années à Bordeaux la célèbre cave à bières l’Amirale, avant de se lancer avec Vincent dans le métier de brasseur lui-même. Vincent, il est Québécois et est arrivé en France au début des années 2000 pour ses études.
Leur aventure d’explorateurs a débuté mi-2016, avec l’acquisition des locaux de la brasserie en juillet. Les cuves sont arrivées fin novembre et le premier brassin a pu se tenir le 20 décembre.

Les cuves ont été dessinées avec un chaudronnier local ; on peut dire que c’est du sur-mesure. D’ailleurs chacune d’elle a un nom. La cuve d’empâtage et d’ébu, c’est Apollo (si j’vous dis pas de bêtise).  Il y aussi les trois fermenteurs (deux de 20hl, un de 10hl) qui eux ont des noms de philosophe : Socrate, Kant, Arendt (« je suis québécois donc féministe, il fallait un nom de femme« ), et enfin Spoutnik la cuve de récup.

En tout, les locaux font 350m² et sont partagés avec la PIP, une autre craft de Bordeaux, qui est un peu leur coloc.

 

16707626_1856830661261092_1391127174185463301_o
La brasserie — La photo provient de leur page Facebook

Ce qui est vraiment cool, c’est l’association d’un Français et d’un Québécois dans la bière artisanale ; au Québec, la bière est une véritable institution, ils sont parmi les pionniers du craft et n’ont pas encore leur égal (quoique…). Du coup, chez Azimut, les styles sont travaillés et précis, avec la confrontation des deux visions (être innovateur, surprenant, mais avec des bières simples).
Les profils gustatifs de chaque bière sont bien définis et ça, ça me plait (je suis du genre à vouloir tout codifier…). Un retour aux classiques, tout en proposant des choses novatrices, c’est leur gros point fort.

La dégustation qui a suivi était vraiment enrichissante. C’est Vincent qui m’avait fait faire un tour de la brasserie et qui a commenté la dégustation, j’ai appris pleiiiin de choses. Déjà, j’ai apprécié cette volonté de justesse et d’équilibre dans chaque bière de la gamme. D’ailleurs la gamme, la voici :

  • Pale ale française : un petit clin d’œil pour nous autres les Français ! Une golden ale sèche, houblonnée à la française, avec le houblon Bouclier qui lui confère des arômes d’agrumes et herbacés. La bière idéale pour se désaltérer mais quand on veut QUAND MÊME du goût dans notre bière !

FPA

  •  Blanche lime & basilic : Superbe bière blanche qui a d’ailleurs permis à ses brasseurs de remporter la Capsule d’or au Planète bière de Paris cette année ! Et je ne suis pas étonnée : c’était un pari risqué mais tellement bien réussi. Le basilic, il est frais et provient tout droit du marché des Capus (les Bordelais savent !) ; environ 1.5kg est utilisé pour 1000 litres. Le lime (comprenez : le citron vert, car oui lime est français et je ne le savais même pas) est zesté à la main par des professionnels et arrive frais et prêt à la brasserie (au début, Vincent et Paul faisaient les zestes eux-mêmes… mais ne savaient plus quoi faire de tous ces citrons – à part des mojitos -, donc par souci d’anti-gaspillage, ils préfèrent acheter les zestes prêts à l’emploi mais de qualité hors-normes – quand il m’a annoncé le prix au kilo…). Bref, au nez, ça donne un subtil bouquet de citron vert et de basilic (oh really ?), sans que l’un ne prenne le dessus sur l’autre ; c’est fou comme c’est équilibré et délicat. Et en bouche, même combat : j’avais un peu peur du citron mais finalement, la fine acidité contribue à la fraîcheur incroyable de cette bière, et le basilic rajoute une complexité à tout cela avec son caractère végétal ; EX-QUIS ! Vraiment la bière de l’été, à déguster avec un bon plateau de fruits de mer (met délicat = bière délicate !)

blanche

  • American Pale Ale (APA) : alors j’avais une idée un peu rapide et arrêtée sur les APA, que je voyais comme une blonde bien houblonnée sans caractère malté. Or, ce n’est pas exactement le profil que Vincent confère à cette bière, qui a un caractère en fait plutôt rustique, d’ordinaire, avec une amertume franche. Aromatique, certes, mais avec le malt bien présent. Ici c’est principalement le Cascade qui apporte des arômes gourmands d’agrumes, utilisé également en houblonnage à cru. Cette base maltée donne un caractère à l’APA que je ne connaissais pas forcément, mais que j’ai beaucoup apprécié ; ainsi, on peut tout à fait accorder cette bière avec des plats un peu plus intenses tels qu’un burger ou de la viande rouge.
1f4e28_eb976fffdc8c4433b1b11b0b00a59dbe-mv2
« Brochet : Français ou Américain ? » (photos et citation provenant de leur site internet)
  • American IPA : On est là sur une véritable bière-jus de fruits tropicaux ! C’est expressif et juteux, avec la belle amertume franche en finale qui donne envie d’y revenir. Les houblons Endeavour, Mosaic & Simcoe nous procurent une explosion en bouche, mais une explosion structurée et qui n’anesthésie pas forcément le palais… Car pour Paul et Vincent, une bière, ça se boit dans une pinte. Alors il ne faut pas la rendre écœurante ou trop forte (d’ailleurs, cette IPA affiche 6.5% d’alc./volume, ce qui est le bon équilibre. Bourré(e) mais pas trop.).
1f4e28_e833c602a5994f2b954a5219f8b20c9a-mv2
« Requin-marteau : puissance tropicale »
  • Stout avoine sorachi : aka American oatmeal Stout. Encore une belle surprise pour la fin. Cette bière c’est un peu en hommage à la bière canadienne Saint-Ambroise, la célèbre noire à l’avoine. Le sorachi est un houblon d’origine japonaise, qui se trouve aujourd’hui aux Etats-Unis ; très puissant, il offre une aromatique incroyable de coco, de vanille, d’aneth… une immense complexité (et en plus, il est amérisant). Il est utilisé ici presque en mono-houblon, et à vrai dire il se suffit à lui-même : le nez est tellement complexe qu’on pourrait dire un arôme différent à chaque olfaction. Il apporte également puissance en bouche, et se termine sur des notes douces de vanille et de café (du malt) ; encore une fois je réalise la prouesse des brasseurs pour l’équilibre qu’ils ont su apporter face à un houblon aussi puissant !
1f4e28_fca3e8daa3aa4e48a142c58a0a072acb-mv2
« Pieuvre géante : encre japonaise »

Le récap’

  • Vincent et Paul sont les brasseurs explorateurs et travaillent « dans l’esprit de MiesVanDeRohe : Less is more. »
  • Une identité graphique liée au monde marin, à la découverte
  • Leur blanche lime et basilic a reçu la Capsule d’or à Paris !
  • D’ailleurs, je crois que c’est ma préférée (vu la météo en ce moment)
  • Une bière, un style : ils ont préféré nommer leurs bières par le style qu’elles représentent, afin de faciliter la compréhension de tous et de savoir à quoi s’attendre.
  • Y’a un drapeau de Montréal dans la brasserie. Ca étonne quelqu’un ?

Infos pratiques

Pour les rencontrer, la brasserie est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 18h.
5 av. du Dr Schinazi 33000 Bordeaux
Leur site et leur page Facebook pour suivre leurs explorations

PS : demain soir, jeudi 13 avril, ils seront présents chez Block’out Bordeaux, qui font partie de leurs voisins, venez tester !

(4 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s