Faut-il avoir peur des beer geeks ?

Question un peu provoc’ peut-être, et pourtant je me dis que ça mérite d’être évoqué. Alert spoiler : je ne vais pas insulter les beer geeks, c’est promis.

beergeek_condescending

Il y a juste des choses qui, depuis que j’ai découvert le milieu de la bière, me laissent un peu pantoise.
J’ai quitté de plein gré un milieu qui ne me convenait plus, un milieu où je ne retrouvais pas ce qui me l’avait fait aimer auparavant ; le vin et, ensuite, Bordeaux. Parce qu’il fallait se fier à une étiquette, parce que les grands Châteaux n’osaient plus apposer le label bio sur leurs étiquettes de peur de moins vendre face à un public encore néophyte concernant les vins sans pesticides et/ou sulfites, persuadés qu’ils se conserveraient moins bien. J’ai haï Bordeaux pour son chauvinisme toujours plus oppressant, je ne m’en suis jamais caché. En fait, je déteste toutes les extrêmes quelles qu’elles soient – les avis se doivent d’être mesurés, les opinions argumentées ou à défaut, tues, pour laisser à chacun(e) sa subjectivité et sa capacité de réfléchir intactes.
C’est drôle car je me trouvais un peu seule à ressentir cela par rapport à Bordeaux et à son vin ; pourtant, en arrivant à Paris cette année, je suis retombée par hasard sur une amie qui était ma collègue de cours à l’école de sommeliers. Après une expérience de 10 ans dans le vin, expérience qu’elle a d’abord vécue par passion, elle en a fini dégoûtée. Et elle en a vu bien plus que moi. On se retrouvait à Paris exactement pour les mêmes raisons.
Peut-être que j’ai été, ou que je suis snob dans les propos que je tiens dans certaines conversations sur des sujets qui me passionnent ; heureusement, j’ai souvent face à moi des personnes douées d’un esprit d’analyse qui me remettent gentiment à ma place, car je n’ai ni le monopole du savoir ni celui du bon goût.

giphy

Pour en revenir à la bière, je doute que ce soit les beer geeks qu’il faille blâmer. Ce que je constate, simplement – arrêtez-moi si je me trompe – c’est cette tendance un peu trop extrême, parfois, dans les propos tenus ou dans le jugement de l’autre ou plutôt de la consommation de l’autre. J’ai l’impression, et ça ne tient qu’à moi, que s’est formée en France (bien que cela existe dans tous les domaines et tous les pays) une sorte de groupe, un groupe de pensée qui valide ou non telle ou telle bière. La pensée unique est une chose qui m’effraie totalement et j’essaye de m’en détacher le plus possible (mais je tombe dans le truc tout le temps). Sans aller jusqu’à dire qu’il existe une pensée unique dans la bière artisanale française (on en est loin, tout de même), je pense qu’il faut être vigilant et surtout, SURTOUT, se faire confiance à soi-même. Faire confiance à ses goûts, à ses sensations, à ses sens.
Aujourd’hui, les brasseries artisanales fleurissent en nombre sur le territoire et élargissent donc encore le choix. Très bien ! Mais il me semble que, plus il y a de choix, et plus les gens vont finalement rechercher uniquement le « meilleur » et ne se concentrer que sur un cercle très restreint de brasseries. Ce qui est fort dommage.
Les goûts, les tendances changent et un brasseur qui fait du « traditionnel » aura très peu de chances d’attirer l’attention d’une personne à la recherche de ce qui se fait « le mieux ». Or, cette personne passera peut-être à côté d’une perle. Mais vu que cette petite brasserie n’aura que 10 ratings sur Untappd, on va l’ignorer.
Donc, dans un milieu de plus en plus confus pour le « grand public », alors que les brasseries artisanales se multiplient, se comptent désormais par millier – et tout autant de nouvelles bières -, les sites de notations n’aident pas réellement. Ce sont souvent les mêmes brasseries, sur les différents sites, qui se partagent le Top 50. Aucun doute sur le fait que leurs bières soient bonnes voire excellentes ; mais je reste persuadée qu’on peut trouver aussi bien ailleurs, près de chez soi, pourquoi pas, pour peu qu’on ne se fie pas uniquement aux avis des autres. On peut aller vérifier des critiques, mais ensuite les ignorer et se forger les siennes. C’est surtout là-dessus que j’insiste, car il y a encore trop peu de personnes qui notent et qui se font confiance, moi la première. Je déguste une bière, je vais faire un check-in sur Untappd ; je ne peux m’empêcher de regarder la note moyenne et les avis. Car je ne prends pas la peine de noter, en amont, mes propres avis sur une bière donnée. Et comme on veut un peu suivre le mouvement, on ajuste la note, ou la critique.

En fait, je suis réellement un peu exaspérée par des comportements que je juge malvenus dans certaines situations, dans lesquelles on oublie que derrière la bière que l’on critique sans vergogne, il y a un(e) brasseur(euse) qui s’est sorti les doigts pour produire cette bière. Je trouve, ça n’engage une fois de plus que moi, qu’il commence à y avoir une sorte d’uniformisation du bon-goût alors que c’est, à la base, ce qu’on rejette. Suis-je toujours une beer geek si je bois une bière étiquetée « Blonde » au lieu de « Pale ale »? Est-ce que je dois avoir honte de boire de la Punk IPA ? Et, pour rester dans l’actualité, suis-je une ingrate si je bois une Saison du Tracteur ? Juger est humain, mais faire un procès, que ce soit d’un consommateur ou d’un brasseur, devrait être évité. Je comprends les convictions de chacun(e) et les respecte ; au-delà du fait de boire de la bière de meilleure qualité, il y a une réelle démarche éthique que beaucoup partagent. Cependant, la vision binaire (« c’est industriel / c’est indépendant », « c’est trendy / c’est dépassé », « cette NEIPA est excellente / cette NEIPA n’a rien du style c’est un échec« …) me semble un peu facile, ça évite de se poser trop de questions et d’argumenter, et vu qu’on suit un mouvement en affirmant de telles choses, finalement, on ne prend pas de risques. En plus d’être facile, elle est dangereuse et réductrice. La dégustation n’est pas une science exacte, et il me semblait bon de rappeler à quel point il est important de laisser chacun se faire un avis. J’ai bien connu l’angoisse de devoir faire des notes de dégustations à l’oral, notamment devant le sommelier d’un restaurant étoilé, alors que je commençais à peine à écrire des notes de plus de 5 lignes. J’avais l’impression que mon avis ne serait jamais pris en compte, de toute façon, et que mes sensations n’étaient pas les bonnes. Le tout est de se faire confiance, d’écrire ses notes seul(e), sans influence extérieure, de juger si l’on aime ou non le produit et d’identifier pourquoi. Les avis des autres, on s’en fout. C’est bien d’en récolter quand on veut une confirmation de ce qu’on a écrit – et encore – mais il ne faut pas essayer de « corriger » ses notes, éventuellement de les compléter. Enfin, il faut être curieux, car goûter un maximum de produits demeure le meilleur moyen de le connaître.

Non, toutes les bières ne plairont jamais à tous les publics. Mais si on pouvait rester dans la bienveillance, dans l’apprentissage grâce au partage, et cesser de valider ce qui doit être bu ou ce qui doit être jeté dans l’évier, ça serait cool. Vraiment. Bien sûr, l’expertise de certaines personnes est une vraie richesse et se doit d’être partagée. Mais l’exigence ne doit pas devenir du snobisme, par pitié.

#coupdegueuledusamedi

9 commentaires sur “Faut-il avoir peur des beer geeks ?

Ajouter un commentaire

  1. Entiérement d’accord.Je goûte beaucoup de biéres,toutes ont leur place dans mon gosier même si je suis accroc aux IPA car pour moi la biére ce n’est pas uniquement les % mais l’amertume bien dosée qui compte.

    J'aime

  2. Merci carol-an ce soir je me sens un peu moins seul et moins énervé que d habitude.
    Car la première victime de ce type de comportement c est la bière, et c est insupportable.

    J'aime

  3. Tout à fait d’accord. Je suis sorti de l’école de Brasserie il y a vingt ans. À mon compte de depuis 3. Un peu ras la casquette des donneurs de leçons à grande barbe et cheveux gominés.
    Sans compter les chères IPA des bien-pensants qui rejettent un monde industriel uniformisé mais nous impose le leur d’uniforme : amer et amarillo.

    J'aime

  4. Bonjour, je découvre ton blog par hasard et je suis épaté par son contenu! Par nécessité, je ne peux que savourer que de petites quantités d’alcool, je recherche donc les bons produits, autant pour la bière que pour les autres liquides magiques, je me fie plutôt aux avis de camarades ayant testés les bières locales, n’ayant aucune confiance en tous ces experts qui parasitent notre société en nous disant ce qui est bon pour nous, je ne savais d’ailleurs même pas que cela existait dans ce milieu renaissant, bien que pour chaque artisan, il est tristement évident qu’un expert vienne donner son avis. Merci pour ces articles en tout cas!

    J'aime

  5. Le vrai beergeek à mon sens est à la recherche de découvertes, de nouvelles brasseries justement, même si des fois on tombe sur des trucs plus que moyens. J’ai l’impression que tu décris plus un comportement de « beer snob » (je n’ai pas inventé le mot ^^) qui lui est le parfait co**ard pour moi.
    Et personnellement, même si le mec s’est sorti les doigts du cul, je ne vais pas payer 3 fois plus cher une bière qui ressemble comme deux gouttes d’eaux à une lager industrielle.
    On peut brasser une bonne blonde comme on peut brasser une mauvaise NEIPA, ce qu’il y a sur l’étiquette n’est pas toujours gage de qualité, mais « blonde » ne voulant rien dire, c’est étrange d’appeler sa bière comme ça quand même 😉
    Et pour finir je te rassure, tu parles dans ton article d’une minorité de personne (encore heureux haha) rarement appréciées par ce que j’appellerais les vrais amoureux de la bière 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. En fait j’ai l’impression que tout le monde s’est arrêté sur le titre et le terme de beer geek. Alors qu’en effet j’en parle à peine. Je trouvais juste ce titre marrant mais ça n’a fait rire que moi 🙂
      J’invite juste à la mesure et la modération dans certains propos, bien sûr qu’il y a des bières mauvaises, c’est pas la question. Et même si c’est une minorité, je ne vois pas pourquoi je dois être bashée parce que j’en parle. Et que je m’interroge, que je crains que ce phénomène s’amplifie. Visiblement ça gêne !
      Bref, je ne critique pas des passionnés vu que j’en fais partie.

      J'aime

      1. Ha oui mais le titre ça a son importance dans un article XD
        Je ne pense pas que le phénomène s’amplifiera (en tout cas je n’espère pas) mais ce dont tu parles, la majorité du grand public n’en n’a même pas conscience, c’est vraiment interne à un certain milieu. Il suffit de voir que la plupart des endroits spécialisés reste bon enfant et pas snob pour un sous.

        J'aime

      2. Oui, les gens sont habitués maintenant à ne lire que les titres et se faire un avis avec ça! Ce qui fait peur c’est que ça provoque une telle susceptibilité. Quitte à prendre autant de commentaires négatifs, tu aurais du te laisser aller à la caricature du beer geek! Les bobos et les hypsters sont beaucoup moins susceptibles!!

        J'aime

  6. expérience toute personnelle, dans un magasin spécialisé en bières dans le Nord de la France. Je demande au vendeur s’il a des bières allemandes. Réponse reçue : « Non, ici on ne vend que de la bonne bière » (sous entendu, des belges et des artisanales françaises). Il y avait un client au comptoir, lui et moi. J’ai réagi en le regardant, interloqué et silencieux, il a du comprendre le niveau d’inanité de sa réponse, car il est resté silencieux 5 secondes en me regardant et a tenté un semi-interrogatif « j’ai peut être dit une bêtise » (mais il n’en était même pas tout à fait sûr), j’ai répondu par l’affirmative, un peu décontenancé par l’ineptie que je venais d’entendre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :