Guide pratique La bière dans tous ses états

« Une blonde, s’il vous plaît »

On parle d’une bière blonde comme d’un standard, uniforme et constant. Et nous savons tous, passionnés ou non, ce à quoi ressemble la fameuse « blonde » que les clients demandent dans les troquets. On se doute qu’il s’agit d’une bière de fermentation basse (lager), à un degré d’alcool plutôt léger (entre 4 et 5°), à l’amertume peu prononcée et à la fraîcheur désaltérante. Bon, c’est en tout cas ce que j’imagine.

Toutes les blondes sont-elles des lagers ? Non. Et toutes les lagers sont-elles blondes ? Non plus. Je voulais donc vraiment consacrer un court article sur les différents styles de bières blondes, en faisant l’éventail de la panoplie de saveurs qu’une bière blonde peut avoir. Car c’est toujours un peu plus complexe qu’une simple couleur (on ne s’amuserait pas à faire des blogs sur la bière si c’était si simple).

 

Je veux…

… une bière désaltérante et légère

– Kölsch (Cologne, Allemagne) : bière d’appellation contrôlée. Fermentation haute, et pourtant c’est frais et croquant comme une bonne Pils. Peu amère et légèrement fruitée (grâce aux levures de fermentation haute), notes de céréales du malt Pilsen.
– Helles (Munich, Allemagne) : une bière légère, titrant en 4.7° et 5.4°, dont l’accent est mis sur le malt d’orge ; notes de pain, de céréales, le tout souligné par une fine amertume d’un houblon noble herbacé et/ou épicé.
– Pale lager / premium lager : c’est un nom générique pour désigner une bière de fermentation basse, de couleur blonde, et qui n’a pas l’intention de coller à un style précis (comme à une Pils ou une Helles).
– Pils/Pilsner (République Tchèque) : style historique du XIXème siècle, aux notes herbacées du houblon noble Saaz et gourmandes du malt d’orge. Une amertume désaltérante et clean qui a un goût de reviens-y.
Bière de Saison (Belgique) : voir un peu plus bas dans la catégorie des bières herbacées/épicées

 

… une bière ronde et chaleureuse

Triple/Tripel (Belgique) : une bière réconfortante, maltée (notes de pain), esters fruités subtils, les sucres résiduels sont bien équilibrés avec l’amertume. Des flaveurs épicées complètent le tout. Autre style comparable : Belgian strong ale
Bock (Allemagne) : bière de fermentation basse, en quelques sortes l’équivalent d’une Helles mais avec un degré d’alcool plus important et des notes miellées.
Imperial Pilsner : le terme imperial souligne un degré d’alcool plus important. Il pourrait donc s’agir d’une sorte de Heller bock, mais en plus houblonnée – comme une Pils.
Barley wine / wheat wine : on est ici un peu dans l’extrême de la rondeur et de la chaleur ! Les couleurs peuvent varier, mais les flaveurs dominantes sont les notes de malt, de sucre ou caramel, de fruits confits… Des bières généreuses et alcoolisées, à savourer en fin de soirée/dégustation, pour se réchauffer par exemple. Idéales pour les amateurs/trices de vins liquoreux.

 

… une bière fruitée mais peu amère

– Pale ale (Angleterre) : bière de fermentation haute, produite à l’aide de malts pâles ; les types de houblons utilisés sont divers et variés, suivant les flaveurs désirées. C’est ainsi que l’on peut trouver des American Pale ale (plutôt sur les agrumes, les fruits tropicaux), des Pale ale belges (dont la levure typique rappelle plutôt les épices), ou même une French pale ale (dont les houblons proviennent par exemple d’Alsace).
– New England India Pale ale / NEIPA (Vermont, US) : j’ai hésité à mettre ce style dans la catégorie « peu amère », car c’est un peu du cas par cas. J’en ai goûté certaines généreusement houblonnées, comme le style le veut, et à l’amertume très discrète. Dans tous les cas, ce sont des bières troubles, intensément fruitées, où le malt laisse toute la place au houblon. Il ne faut pas hésiter à demander au caviste si telle ou telle NEIPA est plus ou moins amère.

… une bière épicée et/ou herbacée, relativement amère

Bière de garde (France) : le style du nord de la France par excellence, une bière de garde est une bière de fermentation haute aux notes maltées, ronde et épicée. Les couleurs des bières de garde peuvent varier, mais la plus commune demeure la couleur blonde. Le houblon s’efface un peu et met en avant les arômes secondaires (de la fermentation) et le malt.
Bière de Saison (Belgique) : c’est une bière sèche (= sans sucres résiduels), qui tire son nom des levures belges utilisées. Historiquement, c’était la bière brassée pour être bue durant la récolte de l’automne. Les arômes et saveurs sont ceux du foin, des épices, du poivre… une bière en somme désaltérante et qui peut s’avérer complexe et très intéressante.
Bitter (Angleterre) : les houblons anglais typiques (par exemple le East kent Goldings) donnent à ces bières à la robe dorée des arômes herbacés, résineux, épicés et miellés. Même si le nom du style indique clairement « amer », on reste sur une amertume fondue grâce à la douceur de la bière, mais moins intense qu’une IPA, par exemple. Variante plus alcoolisée : Extra Special Bitter (ESB)

… une bière amère, fruitée

– India Pale Ale / IPA : vous pouvez vous référer à mon précédent article sur les IPA pour en savoir un petit plus sur les variantes de ce style de bière amère et houblonnée.

… une bière acidulée et citronnée

Berliner weisse (Berlin, Allemagne) : cette bière de blé peut paraître surprenante si on n’a encore jamais bu de bières acides, mais c’est un régal (et une bonne réponse au « Je n’aime pas la bière). C’est terriblement frais grâce à son pétillement intense, son absence de sucre, son acide lactique et sa légèreté en alcool. Les arômes sont généralement floraux, agrumes et citronnés. Il existe de nombreuses versions avec ajouts de fruits pour équilibrer un peu l’acidité, mais les versions « originales » sont très buvables et accessibles.
Lambic/Gueuze (Pajottenland, Belgique) : ces bières brassées dans la vallée de la Senne en Belgique sont fermentées spontanément grâce aux levures et bactéries ambiantes, propres à la région. Un Lambic est vieilli de 1 à 3 ans ; une Gueuze est un assemblage de jeunes et vieux Lambics (pour obtenir un équilibre parfait entre sucrosité résiduelle du jeune Lambic et acidité due entre autres au vieillissement en barriques d’un vieux Lambic). A déguster absolument une fois dans sa vie.
Gose (Goslar puis Leipzig, Allemagne) : c’est peu commun mais, les bières acides étant aujourd’hui activement recherchées par les palais les plus curieux, on en trouve de plus en plus. Il s’agit d’une bière acidulée (acide lactique), avec ajout de graines de coriandre et de sel (!). Ce style peut rappeler les Berliner weisse mais en version épicée.

 

Et voilà. Il y a des dizaines d’autres styles à ajouter, mais ça serait long, alors surtout, au lieu de demander une « blonde », n’hésitez pas à parler plutôt de vos goûts au barman !

(5 commentaires)

  1. Yop C-A,
    Dans les lagers blondes incontournables, il y a la German Pils aussi ! Surtout qu’elle est moins colorée que sa voisine Tchèque qui peut presque tirer sur l’ambrée parfois.
    A propos de l’ESB, c’est quand même une véritable ambrée avec des notes toastées dominantes. Même le vin d’orge, c’est quand même plus souvent ambré que blond.
    Pour tout ce qui est Gose, Berliner, Lambic, elles sont d’apparence blonde mais le blé fait qu’on parle quand même plutôt de blanches généralement.
    Je pense que le style blond par excellence qu’il manque dans la liste, ce serait la Golden Ale, qu’elle soit d’inspiration US ou EN.

    J'aime

    1. Merci Tom !
      Pour la Golden Ale, je n’ai pas réussi à me décider de la « catégorie ». Plutôt fruitée peu amère, on est d’accord ?
      J’ai voulu mettre les Gose Berliner etc quand même dans cet article, car « bière blanche » a encore cette connotation trop… colorée quoi, et je préférais privilégier l’apparence blonde aux ingrédients et à la dénomination française.
      Je rajoute la German pils !

      J'aime

      1. Golden Ale y’a vraiment deux types :
        1- Les British Golden Ale (12A): du coup houblon anglais, herbacé, terreux et faible alcool. C’est même plus exact que bitter qui est un peu plus cara.
        2- Les US Golden Ale (18A) : la bière de base des brewpubs US. C’est classé en Blonde Ale dans le BJCP. Là aussi c’est forcément blond comparé à une pale ale qui est un peu cara. y’a souvent du blé ou des adjuvants pour la rendre plus drinkable et celle là est fruitée.

        Après, on pourrait presque ajouter la Belgian Pale Ale (Cuvée des Trolls) qui n’est parfaitement blonde mais n’est pas une saison. Et dans le même genre, comme tu l’as déjà mis les Bières de Garde Blonde (Ch’ti) qui j’aurais tendance à appeler Blonde Française même si depuis peu, le terme Bière de Garde est défini par la loi (21 jours de garde minimum à respecter).
        More info: https://www.bjcp.org/docs/2015_Guidelines_Beer.pdf

        Aimé par 1 personne

  2. Bel article complet en matière de bière blonde (c’est vrai que le sujet est vaste et l’exhaustivité compliquée ).
    À diffuser un maximum auprès des barmans en France qui, pour la majorité d’entre eux, ne connaissent pas le 1/4 du 1/8 de tout cela.
    Encore Bravo…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s