Se préparer au Cicerone® Certified Beer Server

Le 26 novembre dernier, j’ai obtenu la Certification « Certified Beer Server« , du programme de certification Cicerone.

Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas ce programme,  il s’agit d’une organisation américaine qui propose des Certifications de 4 niveaux différents :
– Level 1 : Certified Beer Server (celle que j’ai obtenue)
– Level 2 : Certified Cicerone (pour en apprendre plus sur ce niveau, lisez cet article de Thomas)
– Level 3 : Advanced Cicerone
– Level 4 : Master Cicerone (18 personnes dans le monde certifiées…)

46919166_10217396934736369_400203880115208192_o
Les résultats du Certified Beer Server, dès la fin du test !

Du coup, je ne suis en mesure de vous parler que du premier niveau, qui d’après certains n’en est pas vraiment un (:-D) mais qui mérite quand même qu’on s’y prépare !

Pourquoi passer la Certification ?

Ca peut être pour des raisons professionnelles – par exemple, si vous travaillez pour Brewdog, ils vous demanderont de vous y préparer et vous y aideront – ou pour des raisons personnelles, ce qui était mon cas. Une sorte de challenge avec soi-même, pour vérifier et valider ses connaissances dans les domaines du service de la bière, des styles, etc. Ca ne fait pas des Certified beer server des grands experts de la bière, mais ça permet plutôt de mieux « juger » les connaissances de telle ou telle personne. Et si quelqu’un est expert(e) et n’a jamais passé une certification Cicerone, ça ne fait pas de lui/d’elle un escroc, hein. Pour la plupart, pas besoin d’une Certification pour pouvoir dire « je m’y connais », l’expérience parle d’elle-même.

L’examen

Le premier niveau est le plus accessible pour deux raisons : l’examen se fait sur Internet, en ligne, et coûte « seulement » 69$ (ça fait cher le challenge perso, mais admettons).

L’examen dure 30 minutes, durant lesquelles vous devrez répondre à 60 questions sous forme d’un QCM. « Faciiiiile », hein… Mais non, pas tant que ça, en vrai !

Il faut déjà savoir que tout le déroulé se fait en anglais. Ca demande un peu de révisions là-dessus si vous n’êtes pas à l’aise avec la langue. Mais si vous l’êtes, ça ne sera pas un problème ; et vous acquerrez le vocabulaire spécifique au fil de vos révisions.

Que faut-il connaître ?

Il y a 4 grands axes à étudier : Keeping & Serving, Beer styles, Beer flavor & Evaluation, Ingredients & Process.

Keeping & Serving :
– Connaissance du « Three-tier system » américain (Brewers, importers, wholesalers, retailers, qui vend à qui ?), et les exceptions ;
– les pratiques responsables du service de la bière, et plus largement de l’alcool, ainsi que ses effets ;
– la conservation de la bière (suivant son conditionnement, et sa pasteurisation ou non), son inventaire, ses DLUO, les faux-goûts liés à une mauvaise garde ;
– le service de la bière à la pression, et tout le système de tirage pression (américain, évidemment, et en gallons/°F s’il vous plait), les étapes de lavage/rinçage avant de servir
– les différents types de verre, et les bières à servir avec (et pourquoi) ;
– le service de la bière bouteille.

Beer Styles :
– l’historique des styles, et pourquoi ils existent ;
– les caractéristiques des styles : le vocabulaire à connaître, les paramètres qualitatifs et quantitatifs (apprendre le BJCP !) ;
– l’histoire des grands styles historiques par région (France, Belgique, Royaume-Uni, Irlande, Allemagne, USA…) ;
– être capable d’identifier un style par sa description.

Beer flavor & Evaluation :
– goûts et saveurs (incluant le mouthfeel) ;
– évaluer une bière ;
– connaître l’apport de chaque ingrédient et de la fermentation à la bière ;
– les faux-goûts

Ingredients & Process :
– les quatre ingrédients de la bière et leurs caractéristiques (origine, production…)
– les étapes du brassage et leur intérêt

Voilà en gros… En soi, rien d’insurmontable (mais oui mais oui, on sait que beaucoup savent déjà TOUT et donc n’ont aucun intérêt à passer ce niveau !), et j’avais déjà étudié pas mal des sujets avant même de songer à la certification. Mais c’est tout de même plein de petites subtilités à apprendre par coeur, de choses auxquelles on ne pense pas forcément… Et c’est toujours bien de s’asseoir quelques heures avec un bouquin et de revoir ses acquis. Mes révisions se sont surtout portées sur le tirage pression, je suis une vraie noob à ce sujet (je comprends vite mais faut m’expliquer longtemps…).

Comment se préparer ?

tastingbeer
Ce ne sont pas des rides mais des cernes. Je crois.

LE support qui m’a le plus servi, c’est sans conteste le livre Tasting Beer de Randy Mosher. Déjà, il est en anglais, donc pas besoin de traduire quoique ce soit, on apprend en anglais et on enrichit son vocabulaire. Ensuite, parce qu’il traite de tous les sujets abordés dans le test du niveau 1 ! Quelques euros de plus à dépenser donc, mais c’est une base très utile. Mon livre est entièrement annoté, surligné… Et toujours bien utile. Ma technique (mais c’est personnel, c’est que j’ai une mémoire visuelle) : quand je lis un paragraphe, un sujet, je résume sur une feuille à part ce même paragraphe avec quelques mots-clé. Je résume un livre en quelques pages, et quand j’ai un doute, je me replonge dans le bouquin pour approfondir le sujet.

Parmi les supports payants proposés par le programme Cicerone, il y a des cours en e-learning, des Bootcamps, des cours à acheter « Road to Cicerone » (notamment si vous vous préparez pour les niveaux suivants)…

Pour les ressources gratuites, il faut bien sûr télécharger les Style Guidelines du BJCP, et lire le manuel « Draught beer quality » de la Brewers Association concernant le service et le tirage pression.

C’est loin d’être exhaustif, mais plus vous serez curieux(se) et avide de savoir, plus l’examen sera simple, sans surprise.

Toutes les ressources et les syllabus sont disponibles sur leur site internet, vous n’avez plus qu’à fouiller.

Combien de temps faut-il pour se préparer ?

Ca dépend de chaque personne bien sûr, et de vos connaissances en la matière, de votre niveau en anglais… Pour ma part, je sais comment je travaille – je veux toujours faire vite et bien, je n’arrive pas à passer beaucoup de temps sur un truc. Je me suis fait quelques sessions de 2 à 3 heures de révisions sur une période de 3 semaines, en tout. J’ai passé des practice tests pour juger mon niveau, et quand je me suis sentie prête, ben je l’ai passé. A noter que lorsque vous dépensez 69$ pour le niveau 1, vous avez 2 essais pour obtenir la Certification – et il faut un minimum de 75% de bonnes réponses.

Passer cette certification est obligatoire pour accéder aux niveaux suivants. C’est une sorte de porte d’entrée, accessible et permettant d’être plus en confiance pour la suite !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :