7 questions à Amélie, une Française à Edimbourg

Il y a des personnes, comme ça, qui vous épatent par leur engagement, leurs compétences et leur bienveillance envers les projets des autres. Amélie est l’une de ces personnes, qui gravite – activement – dans le monde brassicole depuis plusieurs années, et que je suis depuis environ 2 ans (voire plus). Et puis, chaque jour où je voyais sur Twitter (@Tassin_Am) ses activités, je me disais « je ne sais pas exactement tout ce qu’elle fait, mais ça a l’air cool ». En ce froid mois de février, je me décide enfin à lui proposer cet article, en me disant que son avis est pertinent et que je suis loin d’être la seule à le penser. Alors, autant l’écrire ici.

Je lui ai adressé 7 questions – par email, car comme vous l’aurez compris grâce au titre, Amélie vit à Edimbourg et je n’ai pas eu la chance encore d’y mettre les pieds – sur qui elle était, ce qu’elle faisait et ce qu’elle pensait de tout ça (tout ça étant la bière).

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Amélie Tassin, je travaille comme Freelance dans le marketing et la communication majoritairement dans le secteur de la craft beer. Je suis aussi Marketing Manager chez Campervan Brewery à Edinburgh.
Je suis également la fondatrice de Beers Without Beards et du Women In Beer Festival à Edinburgh.
J’ai commencé à évoluer « professionnellement » dans le milieu de la bière en 2008 quand mon ex mari et moi avons lancé Chop’In, une société de livraison et distribution de bière artisanale qui est devenue une cave à bière située à Paris 14 e , en 2010.
A cette époque j’avais aussi un « day job » comme Chef de projet marketing dans le secteur financier.
Je me suis lancée comme freelance en marketing (bière et spiritueux) en 2017 et je me suis installée en Ecosse en Janvier 2018. J’étais censée y rester 4 mois pour y perfectionner mon anglais, et finalement ça a dérapé un peu !


Qu’est-ce que Beers Without Beards? Quelles sont vos actions ?

BWoB est un groupe de femmes qui aiment la bière, qu’elles fassent partie de l’industrie de la bière ou non. L’idée était de pouvoir offrir un endroit/ un moment réservé aux femmes pour qu’elles puissent apprécier et apprendre sur la bière sans être jugées, importunées, mansplainées (N.D.L.R ce fameux comportement, quand un homme vous explique ce que vous savez déjà), etc.
Nous nous regroupons en général une fois par mois pour boire quelques bières dans un bar/pub, ces événements sont réservés aux femmes. J’organise aussi d’autres événements comme des dégustations, visites de brasseries, etc., mais aussi des événements qui vont mettre en lumière les femmes qui travaillent dans l’industrie. Ces derniers sont mixtes et ouverts à tous.
Nous brassons également régulièrement des collabs avec des brasseries locales et nationales pour faire prendre conscience aux buveurs de bière, mais aussi aux brasseries, des problématiques de sexisme dans l’industrie et parmi les buveurs de bière en général.
Enfin, je travaille également directement avec l’industrie sur des problématiques autour du harcèlement sexuel et du sexisme en règle générale afin de trouver des solutions qui à terme (je l’espère) redresseront les inégalités hommes/femmes dans l’industrie et amélioreront la mixité. Je suis notamment intervenue récemment au trade show du Friends & Family & Beer Festival à Manchester à propos des problématiques de harcèlement sexuel dans le secteur de la bière, et en particulier sur un projet de formation sur lequel je travaille conjointement avec Rachel Auty qui a fondé WOT Fest à Harrogate.
Nous sommes aussi supports et alliées dans les problématiques liées au manque de diversité et aux discriminations envers les personnes LGBTQ+ (nota : le groupe est ouvert à toutes les femmes y compris trans et aussi aux non-binary folks) et BAME (N.D.L.R. « Black, Asian and Minority Ethnics »).


Comment s’est passée la première édition du Women In Beer Festival ? As-tu eu des retours ?

Pour le Women In Beer Festival (WIB Fest), nous souhaitions à la fois mettre en lumière et en valeur les femmes qui travaillent dans l’industrie, mais aussi nous adresser aux femmes qui boivent de la bière et à celles qui n’en boivent pas souvent à cause de clichés comme : la bière c’est une boisson de mec, la bière fait grossir, c’est pas féminin, c’est trop amer, etc.
Le festival s’est déroulé sur 4 jours (du 10 au 13 octobre 2019) dans 5 endroits (pub, bar, taproom). Dans chaque endroit on avait deux tap takeover* « meet the brewster/female owner » et aussi un tasting (dégustation) et une conférence. Les dégustations et conférences étaient toutes animées par des femmes. Pour les conférences, la volonté était de ne pas avoir le sempiternel discours de « c’est quoi être une femme dans la bière » (who cares ?!) mais d’organiser des conférences sur des aspects de la bière et de l’industrie avec des panels exclusivement féminins. Par exemple, « comment monter sa brasserie », « le brassage amateur », « marketing et stratégie dans l’industrie de la bière » ou une conférence sur les Cask Ales. L’idée c’est de créer des role models dans lesquelles des filles pourront se reconnaitre et se dire, « oui, c’est aussi un job pour moi ».
*Tap Takeover : lorsqu’une unique brasserie occupe toutes les tireuses d’un bar


L’accueil a été vraiment énorme ! Autant du côté des femmes de l’industrie qui ont à quelques exceptions près, toutes accepté de venir et de participer (les exceptions étant dues à des problèmes de planning). De grands noms de la bière comme Sophie de Ronde (Burnt Mill) ou Jan Rogers (Marble) ont accepté de venir et de nous apporter leur soutien sans hésitation.
Du côté du public, le festival a été également un grand succès avec 80% des évènements complets. Une participation mixte mais à majorité féminine (75/80%) selon les conférences.
Nous avons également reçu le soutien de la CAMRA, qui est un lobby de buveur de real ale et dont les membres sont généralement plutôt le stéréotype du mec blanc hétéro de 70 ans.
Côté presse, nous avons eu une très belle couverture tant en local qu’au national.
Pour le festival, nous avons brassé 3 collaborations : une avec Cloudwater, une avec Two Towns Down et 71 Brewing (de Dundee) et une avec Bellfield (d’Edinburgh).


Depuis que tu vis à Edimbourg, as-tu remarqué une différence lorsqu’il s’agit des femmes de la bière ? Y a-t-il d’autres problématiques que tu n’avais pas soulevées en France ? Ou des problèmes qui étaient valables en France mais qui ne le sont pas outre-Manche ?

A la fois l’industrie et le marché sont très différents.
Le Royaume-Uni a le plus bas taux de femmes buveuses de bière en Europe avec 17% de femmes qui boivent de la bière au moins 1 fois par semaine (comparé à 53% des hommes) et on tombe à 10% en Ecosse ! Autant te dire que le fait de voir une femme au comptoir avec une pinte est encore assez exotique pour beaucoup !
Les raisons principales sont, pour moi, les mêmes qu’en France, un produit réservé aux
hommes, jugé vulgaire, réputé faire grossir.
Les femmes ne boivent pas de bière car elles ont peur de paraître masculines, peur d’être jugées, c’est assez triste mais c’est relativement commun aux 2 pays.

« La principale différence est pour moi qu’en France la grande majorité des gens pensent qu’il n’y a pas de problèmes de sexisme. »


Le fait de telles disparités entre hommes et femmes buveurs de bières fait probablement que l’industrie (et les femmes de l’industrie) a décidé de réagir et de faire changer l’image de la bière afin de redresser la différence de genre et (soyons honnêtes) conquérir des parts de marché.
La principale différence est pour moi qu’en France la grande majorité des gens pensent qu’il n’y a pas de problèmes de sexisme. En France, j’ai parfois l’impression qu’on n’est pas encore mûrs pour accepter ça et commencer à agir.

Le sexisme ordinaire et le harcèlement sexuel sont aussi (malheureusement) plus dans les mœurs en France et je m’en rends compte à chaque fois que je vais à un festival là-bas. Les gestes déplacés de certains ou la façon de s’adresser (ou plutôt de ne pas s’adresser) aux femmes sont des choses que l’on n’accepte plus (ou en tout cas moins) ici au Royaume-Uni et qui sont largement dénoncées. Mais, entre nous, ça touche probablement un problème plus large lié à la « culture du viol à la française » comme le dit très bien Valérie Rey-Robert 😉 (N.D.L.R. Amélie mentionne un très bon livre que vous trouverez ici)

Amélie au premier plan. Crédit photo : Nicci Peet

A quoi ressemble le marché de la bière, brièvement, en Ecosse ?

Le marché de la bière en Ecosse est assez énorme mais la boisson de choix c’est plutôt «real ale» aka bière traditionnelle en cask ou la Tennents (la lager nationale !). Mais de nouveaux acteurs « craft » arrivent aussi sur le marché et on est passé de 35 à 115 brasseries entre 2010 et 2018 (229% d’augmentation !!).
Les scènes craft d’Edinburgh, Glasgow et Dundee sont en pleine explosion avec des nouvelles brasseries comme Vault City, 71 Brewing, Pilot qui commencent à compter sérieusement au Royaume-Uni et c’est une bonne nouvelle.


Quelle a été ta bière préférée en 2019 ?

C’est tellement dur de choisir !! J’ai adoré ce qu’a fait Vault City, j’ai eu un coup de cœur pour une wee heavy collab entre Fallen Brewing et Brisbane Brewing la « Giant Loup » (je suis une big fan de wee heavy), et sinon « Making Herstory », notre Baltic Porter collab avec Two Towns Down et 71 Brewing était super réussie (N.D.L.R. la bière qui se trouve sur la photo de l’article, tout en haut !).


Un conseil à donner à celle qui voudrait se lancer dans le monde de la bière ?

Entoure toi de gens qui te soutiennent et n’écoute pas les « haters », rien n’est impossible.


Envie d’en savoir plus sur son parcours, ses activités et services ?

Son site : https://www.tassinam.com/

Beers Without Beards : Beers Without Beards – WiB Festival
Contact : beerswobeards@gmail.com
Sur Twitter :
@Tassin_Am
@BeersWoBeards
@wib_fest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :